top of page

Les bons côtés de la COVID - L'essor des groupes de discussion virtuels


Le choc de la pandémie de COVID-19 a été dur pour tout le monde. Certains ont connu de grands défis et des difficultés personnelles. Dans le monde des affaires, les entreprises et les industries ont dû s'adapter pour continuer à aller de l'avant. Pour les organisations de recherche marketing, l'une des sources les plus recherchées d'informations sur les consommateurs – les groupes de discussion en personne – est devenue impossible. Étant donné que les organisations avaient toujours besoin, sans doute plus que jamais, de ce type de recherche primaire sur les clients pour alimenter leurs stratégies et s'adapter à l'environnement changeant, de nombreuses agences de recherche marketing comme la nôtre, Callosum Marketing, se sont « contentées » de groupes de discussion virtuels. Ces groupes se sont déroulés sur une plateforme de vidéoconférence, comme Zoom, et les participants, les animateurs et les observateurs ont participé à des discussions depuis leur domicile. Cependant, ce qui est intéressant, c'est que même après la levée de la plupart des restrictions associées à la pandémie, nous utilisons toujours Zoom pour la majorité de nos groupes de discussion. Voici pourquoi.



Les groupes virtuels sont plus pratiques.

La commodité de diriger ces groupes fait que l'on se demande pourquoi ils n'étaient pas courant auparavant. Les groupes de discussion virtuels peuvent être plus pratiques pour toutes les parties concernées :

  • Les participants n’ont pas besoin de se déplacer et doivent y consacrer moins de temps. De plus, être dans le confort de leur foyer leur permet d’être plus détendus pour l’expérience, tandis que trouver un stationnement, la salle et le fait d’être coincé dans les embouteillages peuvent causer du stress avant le début des séances.

  • Les observateurs peuvent se reposer chez eux tout en regardant l’action, en transmettant facilement des commentaires à l’animateur, en ayant une discussion séparée avec leurs collègues dans une autre vidéoconférence, et en obtenant une vue claire des expressions faciales de tous les participants.

  • Les animateurs peuvent facilement contacter les participants qui sont en retard ou qui ont oublié le groupe et les faire entrer rapidement dans le groupe. 


Les participants font preuve d'une PLUS GRANDE VOLONTÉ DE PARTICIPER à des groupes virtuels.

Depuis l’assouplissement des restrictions, les recruteurs de groupes de discussion ont indiqué que 30 % des personnes contactées refusent de participer si un groupe est en personne, alors qu’elles seraient prêtes à participer à un groupe virtuel. Ceux qui déclinent sont souvent des personnes plus occupées avec un emploi, une famille et d'autres activités récréatives. Il s'agit d'un profil de consommateur très intéressant et important que la plupart des organisations incluent dans leurs stratégies marketing de croissance ! 


Les groupes virtuels sont plus rentables.

Des économies sont associées au virtuel, grâce à :

  • L’absence de frais de salle.

  • L’absence de repas, de collations ou de rafraîchissements pour les participants et les observateurs.

  • Des incitatifs moins élevés sont exigés pour les participants.

Cela signifie que les clients peuvent souvent soit mener des recherches qui ne rentraient pas dans leur budget auparavant, SOIT mener plus de groupes lors de l'étude de diverses compositions démographiques et psychographiques, afin d'obtenir des informations plus larges.


Les groupes virtuels peuvent INCLURE UN ÉCHANTILLON PLUS LARGE ET PLUS VARIÉ.

La plupart des salles de groupe de discussion se trouvent dans les grandes villes, ce qui signifie que les personnes plus éloignées devraient soit se déplacer, soit être exclues de l'étude. Virtuellement, on peut inclure des participants des communautés urbaines et rurales, sans nécessiter de déplacement. De plus, les groupes pourraient inclure des participants de plusieurs endroits, ce qui permettrait d’avoir le point de vue de plusieurs marchés.


Les groupes virtuels étant plus pratiques, plus rentables et plus inclusifs, cela semble être la voie à suivre, n'est-ce pas ? Dans de nombreux cas, oui, mais pas toujours.


Il y a encore des situations dans lesquelles il vaut la peine d'investir dans des groupes de discussion en personne. Par exemple, lorsque la recherche implique des éléments physiques qui doivent être :

  • Goûtés, sentis ou consommés.

  • Touchés ou manipulés.

  • Vus ou entendus en personne (bien que la vidéoconférence ait progressé, certains visuels ou sons ne se traduiront pas aussi bien).


Si vos besoins en recherche qualitative sur la marque ou le marketing de produits ne nécessitent pas ce qui précède, rester à la maison et organiser des groupes de discussion virtuels peut rehausser la commodité et augmenter la portée potentielle de votre étude, tout en étant une alternative plus rentable que de les faire en personne. Ayant désormais organisé des centaines de groupes virtuels, nous avons l'assurance d'être constamment en mesure d'obtenir des informations marketing complètes comme lors des sessions en personne. Il est facile de partager des images et des vidéos, et les participants peuvent facilement consulter les liens web à la maison et partager des commentaires sur des sites web ou des outils en ligne. Si vous avez besoin d’avoir des conversations avec vos clients actuels et potentiels et que vous souhaitez en savoir plus sur les groupes de discussion virtuels, contactez info@callosum.ca.

Comments


bottom of page